10 mars 2007

Inondation à Nerdville

Comme vous le savez, les pluies de ces trois dernières semaines ont entraîné des conséquences inattendues pour Nerdville. En effet, le Lac Lancelot a subit la crue la plus importante qu'on lui ait jamais vu de mémoire de citoyen, le niveau de l'eau allant jusqu'à dépasser les enceintes du Parc Lobatchevski, tandis que le système d'évacuation des eaux de pluies de la ville se trouvait saturé - et Nerdville de vivre les pieds dans l'eau pour la première fois depuis sa fondation!

Le Palais étant le moins touché par ces inondations, en raison de sa situation géographique (rappellons qu'il fut construit il y a maintenant presque deux siècles sur ce que Nerdville avait de plus ressemblant à une colline), l'Assemblée vota à l'unanimité le rapatriement d'une partie des ouvrages de la Biliothèque Descartes dans les salles que Ses Majestés pourraient laisser à la disposition de la population de la ville. Néanmoins, malgré la réquisition du Grand Salon Vert, de la Petite Salle Turquoise (le repère de Sa Majesté Nymeria), de la Grande Galerie des Glaces Opaques et de l'Armurerie Pacifique (qu'il fallut pour l'occasion dépoussiérer et vider de ses cartons d'assiettes fêlées et de livres dévorés par les mites), le Palais s'avéra insuffisant pour protéger ne serait-ce que la moitié des collections uniques de la Bibliothèque Descartes...

Le gouvernement de Nerdville lança donc un appel généralisé à l'ensemble des citoyens, invitant chacun à emmener chez lui entre 20 et 30 oeuvres, dans l'espoir de pouvoir vider les archives en sous-sol des grandes bibliothèques avant que les dégâts deviennent irrémédiables. Mal leur en prit! Deux jours plus tard, les Stendhaliens accusaient déjà les Flaubertiens d'avoir volontairement égaré les derniers exemplaires restants de la première édition de Lucien Level et de La Chartreuse de Parme, tandis que ces derniers lançaient des imprécations contre les Platoniciens, critiqués pour leur manque de soin et leur irresponsabilité (on rapporte que l'un d'entre eux, pris d'une soudaine crise de méditation, lacha dans la boue le carton de revues scientifiques qu'il tenait dans les bras pour se plonger dans la contemplation du ciel gris, ce qui failli provoquer un véritable lynchage au milieu des activités de transfert des oeuvres). Quant aux Sceptiques, selon leur politique habituelle, ils refusèrent de participer à la grande opération de sauvegarde du patrimoine culturel de Nerdville, s'attirant de vifs reproches de tous les côtés. Néanmoins, malgré ces quelques incidents, Kantiens, Cartésiens, Matheux, et même quelques Geeks de passage à Nerdville se sont joints de bon coeur à cette vaste entreprise, réussissant finalement à mettre à l'abri nos biens les plus précieux.

Vision effroyable! Bibliothèques exsangues, éventrées, fenêtres et portes grandes ouvertes aux éléments ; piscines et stades fermés, parcs entourés de rubans rouges et cernés de panneaux "interdit au public"... Nerdville essuya un grand choc psychologique, qui rappela à tous les citoyens que malgré la position avantageuse de la cité et la modernité de ses infrastructures, celle-ci n'était pas à l'abri d'une catastrophe naturelle. Triste constat que celui de l'impuissance du savoir face à la brutalité irraisonnée des éléments... Tous les visages reflétaient la dureté de la situation ces derniers jours, tandis que les citoyens pataugeaient d'immeuble en immeuble dans les bottes en caoucthouc rose distribuées gratuitement par le gouvernement, trainant derrière eux sur des matelas pneumatiques leurs plus précieuses possessions.

De plus, les intempéries ont été à l'origine de nombreuses coupures de courant, et même d'un blackout général de plus de 36 heures, lorsque le gouvernement décida de couper le courant dans la ville pour éviter les accidents après une averse particulièrement longue et violente vendredi dernier. Plongés dans le noir, les Nerds se sont, comme à leur habitude dans les moments difficiles, réunis Place Einstein et dans les Cuisines du Palais, pour discuter entre eux, échanger théories, explications et espoirs à la lumière des bougies et des lampes à pétrole. Un concert de musique celtique organisé par un peit groupe de jeunes Epicuriens mélomanes sous le porche du Palais fut même l'occasion d'une certaine communion entre les citoyens, rapprochés les uns des autres par l'adversité, et prêts encore une fois à faire preuve de solidarité en dépit de leurs différences dans ces moments où la vie de la Cité dépend du courage et de l'entente de ses habitants...

Depuis le retour du soleil il y a trois jours et le rétablissement progressif des communications, la rédaction des Chroniques de Nerdville - qui a fini par rouvrir ses portes après des heures de nettoyage intensif de ses bureaux - a été submergée de messages de soutien de la part de toutes les communautés de la Plaine Imaginaire. Nous tenons donc aujourd'hui à leur exprimer notre reconnaissance, et à les assurer que de tels témoignages d'affection sont peut-être le meilleur remède aux maux contre lesquels Nerdville lutte encore actuellement, avec l'aide des envoyés spéciaux de Geekpolis, Labourgade et Jockcity, à grand renfort de seaux et de serpillères.

L'Assemblée a annoncé ce matin, sous les applaudissements des citoyens, que la Bibliothèque Descartes serait prête à accueillir à nouveau les oeuvres réparties à l'extérieur d'ici une semaine. Un retour à la normale devrait être possible dans moins de trois semaines, ont assuré leurs Majestés devant la Place Einstein à nouveau ensoleillée...

Posté par Polkelein à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Inondation à Nerdville

Nouveau commentaire